Le désespoir climatique : comment agir dans l’anéantissement ?

19 Juil 2019 désespoir climatique

Les statistiques publiées par les experts mondiaux en climatologie sont frappantes. Si elles traduisent la dégénérescence progressive de la planète, elles donnent également l’impression qu’il reste peu d’espoir pour remonter la pente. Devant ces faits, certains sont sceptiques, d’autres se désintéressent. Force est de constater que des personnes en deviennent déboussolées, voire dépressives. Il est dit qu’elles souffrent le désespoir climatique.

Le désespoir climatique ?

La situation dans laquelle le monde se trouve est critique. L’effet de serre, la fonte des glaces polaires, l’extinction des espèces et bien d’autres phénomènes encore s’accentuent. Il est tout à fait normal de s’en inquiéter et de se sentir concerné. La réalité montrée par les organismes internationaux est telle que les activités humaines elles-mêmes seraient à l’origine du mal-être de la planète. Un groupe d’individus dits « désespérés climatiques » en arrive à un point où se battre, vivre et procréer n’a plus de sens. Ils estiment, en effet, que la situation ne risque pas de s’arranger, de toute façon. Voir des chiffres ou des actualités sur le climat peuvent les conduire à montrer des signes évidents de dépression. Les personnes qui souffrent de désespoir climatique font alors partie de ceux qui ne changeront pas, ou plus exactement qui pensent ne pas pouvoir changer le cours des choses.

Quoi éviter ?

La planète va mal, ceci est une réalité indéniable. De nombreuses personnes souffrant de cet état de désespoir étaient, il n’y a pas si longtemps, des militants dévoués à la cause. Beaucoup défendaient le droit des animaux, étaient anti-conduites de voiture, répugnaient la déforestation, prônaient le recyclage, etc. À un moment donné, ils ont abandonné. Il s’agit là de la principale attitude à ne pas adopter. Pour ne pas en arriver à ce stade, il est essentiel de s’interdire de brusquer les autres. Rares sont les individus qui adhèreront à une cause après avoir été sermonnés, attaqués ou jugés. Leur réaction risque d’être, à l’opposé de ce que l’on attendrait, le refus voire l’obstination. Bien souvent, c’est après de telles offuscations que l’on devient dépressif. Pourtant, il est essentiel de comprendre que l’on ne peut pas forcer son entourage à voir les choses de son point de vue. Le risque serait de s’en sortir impuissant, inutile et plus angoissé.

Que faire ?

Les désespérés climatiques sont remplis de terreur en pensant à l’avenir – ou plutôt à l’absence d’avenir – de l’humanité. Pour soulager ses angoisses, consulter un psychologue peut s’avérer très efficace. Par ailleurs, au lieu de se concentrer sur ce qu’on ne peut pas changer et sur qu'on ne peut pas convertir, il est important de se focaliser sur ce que l’on peut apporter. Pour cela, il faudrait se trouver un talent dans lequel on peut faire la différence. Cela peut être le chant, l’écriture, le dessin … Ces activités transmettront les messages de façon plus convaincante et touchante. Par ailleurs, il faudrait prendre conscience que les résultats des actes d’aujourd’hui ne seront pas forcément perçus demain. Il ne reste pas moins que cela constitue un geste qui compte. De plus, il faudrait garder à l’esprit que beaucoup œuvrent dans le même sens : des manifestations, des promesses politiques, des décisions régionales se font à travers le monde.

articles similaires
Vaginisme Vaginisme : trop peu de femme ose en parler 23 Juil 2019

Le vaginisme se définit comme un trouble psychique qui empêche toute pénétra...

Problèmes sexuelles Problèmes sexuelles : quand faut-il consulter un sexothérapeute ? 22 Juil 2019

Bien qu’en France, la sexothérapie soit plus considérée comme une compéten...